Mise à L'herbe : Les Conseils De Vitalac
Mise à l'herbe : les conseils de Vitalac

Spécial “Mise à l’herbe Printemps 2018”

La mise à l’herbe des troupeaux est une étape importante qui nécessite une transition progressive. Quels sont les risques d’une mise à l’herbe mal gérée ? Comment valoriser sans risque le potentiel de l’herbe pâturée ? Comment en réduire les effets négatifs ? Autant de questions auxquelles Vitalac apporte des réponses concrètes et des conseils utiles.

Une mise à l’herbe mal gérée peut avoir des conséquences désastreuses

Au printemps, l’herbe jeune est un fourrage riche en eau, en sucre (énergie) et en azote soluble mais elle est aussi pauvre en fibres efficaces, en magnésium et en amidon. Si la mise à l’herbe n’est pas accompagnée, la liste des risques nutritionnels est longue : transit digestif trop rapide (diarrhées), mauvaise assimilation des nutriments, tétanie d’herbage (chute du magnésium), fatigue musculaire, déficit énergétique sur les fortes laitières, taux d’urée très élevé dans les urines et le lait (>350 mg/L) pouvant être source d’avortement embryonnaire…des risques à prendre au sérieux donc pour éviter de graves conséquences.

Des étapes clés à respecter

La préoccupation première ? Faire une transition de trois semaines minimum en sortant les vaches à l’herbe de façon progressive : quelques heures l’après-midi pour commencer avec la panse pleine. Il faut ensuite diminuer progressivement le concentré azoté en fonction de la consommation d’herbe et éviter les profils solubles (riche en PDIN, contenant de l’urée).

Il est également indispensable de ralentir le transit digestif. On peut maintenir une base ensilage de maïs 3 à 5 kg MS et favoriser la consommation de fibres efficaces (foin ou paille, à l’auge ou à défaut dans un râtelier). Apporter des fibres à la ration va permettre de tamponner l’acidité de l’herbe, le bicarbonate et le sel vont s’avérer très utiles dans ce contexte. L’apport d’argile va aussi permettre de ralentir le transit et mieux valoriser le potentiel de l’herbe.

Enfin sur le plan minéral, l’herbe est riche en vitamines, en potassium mais pauvre en magnésium, sel, sélénium et iode. Le magnésium est un des éléments majeurs du fonctionnement neuro-musculaire . La tétanie d’herbage (carence en magnésium sanguin) se manifeste le plus souvent par des tremblements et des symptômes proches de la fièvre de lait. Renforcer les apports en magnésium et oligo-éléments permet de préserver le tonus des vaches.

Vitalac vous accompagne et vous conseille

Afin de valoriser l’herbe en toute sécurité et que la transition alimentaire du printemps se passe de façon optimale, Vitalac, fort de son expérience en la matière, a plusieurs solutions à vous proposer et bien plus encore.

  • VITAFORM HP 3/20/8 HERBE (minéral granulé) – 250 g/j – Enrichi en Magnésium. Granulé appétant – Pour ration > 70% d’herbe.
  •  VITACARTE 350 HERBE (minéral en perline + tampon) – 350 g/j – Enrichi en Magnésium, Bicarbonate et Sel. En Mélange à ensilage de maïs (3-5 kg de MS) en complément du pâturage.
  • VITACARTE ALPHA HERBE (minéral en perline + tampon + argile) – 500 g/j – Enrichi en Magnésium, Bicarbonate, sel, RumenStimul et argile . En Mélange à ensilage de maïs (3-5 kg de MS) en complément du pâturage.
  • TRANSIT HERBE (en granulé, supplément nutritionnel avec argile) – 200 à 300 g/j – Argile Smectagri, Magnésie, sel, Yucca – Maîtrise du transit avec l’herbe jeune.
  • SEAUX A LECHER Vitalac – 1 seau pour 10 animaux – Pour les animaux 100% en pâture pour les génisses et vaches taries – Enrichi en Magnésium, oligos et vitamines pour corriger les carences de l’herbe.

N’hésitez pas à vous renseigner auprès de nos technico-commerciaux qui peuvent vous accompagner tout au long de l’année lors de phases et  transitions qui peuvent s’avérer critiques. Vos pâturages ont un réel potentiel, Vitalac vous aide à l’exploiter au maximum.

(Sources techniques : Philippe Arzul, Expert Ruminants – Chef produit bovin Vitalac)

L’astuce de Yoann, technico-commercial chez Vitalac !
Attention à ne pas négliger les pieds des vaches lors des premières sorties de mise à l’herbe. En effet, après une longue période en bâtiment, la corne des sabots est plus tendre et les chemins caillouteux peuvent les faire souffrir et provoquer lésions (abcès) et boiteries. Pensez au parage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

8 + 9 =


Rechercher