Roselyne Et Loïc Baud

Responsables de l’élevage laitier
de la SCL du Lié, à Bréhan, dans le Morbihan

• Quota : 928 000 L
• Troupeau : 99 Prim’Holstein
• Atelier porc engraissement (responsable : Dominique Surel)
• 145 ha de SAU

“Bien préparées et mieux soutenues,
nos vaches démarrent mieux leur lactation”

COMPLÉMENTATION minérale et énergétique

Roselyne et Loïc Baud sont associés au sein de la SCL du Lié avec leur beau-frère, Dominique Surel, et un voisin, Loïc Michard. Le quota de la structure a nettement évolué ces dernières années. “La surface de notre bâtiment d’élevage est devenue un peu juste au regard du total des droits à produire de la SCL. Augmenter le niveau de production était pour nous une solution incontournable”, expliquent les associés. Il y a un an, leurs vaches tournaient à 30-31 kg de moyenne (soit entre 9 800 et 10 000 kg de moyenne glissante), et Roselyne et Loïc Baud n’arrivaient pas à faire décoller les résultats.

Un déficit de phosphore et de magnésium

Au Space 2010, suite à un premier contact sur le salon, Vitalac leur propose un audit de leur élevage pour pouvoir y définir les principaux leviers d’amélioration. “Ça ne nous engageait à rien, souligne Loïc. Nous avions la volonté de progresser en remettant en cause, si besoin, notre façon de travailler. Ce regard extérieur d’expert allait dans ce sens.” Philippe Arzul, vétérinaire et responsable Ruminants chez Vitalac, s’est donc déplacé sur l’élevage en octobre et a rendu aux éleveurs un rapport complet avec ses préconisations. “Il a vraiment une très bonne approche des choses. Nous avons beaucoup appris à son écoute”, confie Roselyne. L’audit Vitalac n’a pas souligné de déficit alimentaire particulier, sinon un déficit en magnésium et un mauvais rapport Phosphore / Calcium de la ration (pas assez de phosphore). “Cet élément minéral joue un rôle prépondérant dans le métabolisme énergétique (transport de l’ATP) et le bon fonctionnement de la flore cellulolytique ruminale”, rappelle Yoann Flého, technicien Vitalac. Une analyse mycotoxines de la ration semi-complète a également révélé une contamination importante du fourrage.

Nouvel équilibre minéral

Suite à l’audit, Roselyne et Loïc Baud ont décidé d’opter pour un minéral Vitacarte 4,5 / 12 / 4 distribué à 600 g/VL/j, apportant 2 fois plus de phosphore et de magnésium que le précédent. Le Vitacarte est bien plus qu’un minéral ; il contient également plusieurs facteurs tampons : lithothamne, sel et bicarbonate (100 g), mais aussi des levures vivantes et un capteur de mycotoxines.
Le jour du vêlage, la vache est drenchée avec 1 kg de Vitadrench + 30 L d’eau tiède. Ce bol de sels de calcium, magnésium, phosphore, vitamines et oligo-éléments aide la vache à démarrer sa lactation et relance son appétit. Le drenchage est réalisé avec un tuyau flexible de 1m80 et une pompe manuelle : “en 64 coups de pompe, précise Loïc Baud. Au début, on appréhende de lui mettre dans la gueule, mais ça se passe très bien et c’est finalement très facile.” Depuis 6 mois, avec le nouveau minéral et le drenchage, couplés à une nouvelle conduite alimentaire des vaches taries (voir encadré ci-contre), les fièvres vitulaires ont disparu et les vaches délivrent toutes seules. Les éleveurs apprécient !

Meilleur soutien énergétique

Les problèmes après vêlage pénalisaient les débuts de lactation. Les vaches démarraient mal et se retrouvaient en acétonémie. En complément de l’aliment de production, sur le début de lactation (80-100 jours), les éleveurs ont décidé de distribuer du Végélin, un concentré d’énergie (2,4 UF/kg de MS) sous forme de matières grasses et de graines de lin extrudées. Et pour limiter encore le déficit énergétique sur cette période, ils ont équipé en mars dernier le Dac d’un système de distribution de Glycoline liquide. Ce cocktail de précurseurs de glucose (200 mL/j) booste les vaches sur les premières semaines de lactation. “Elles maigrissent beaucoup moins et démarrent mieux en lait. Ça grimpe très vite : entre 35 et 45 kg/j pour les primipares, plus de 50 kg pour les multipares”. Le pic objectif est désormais toujours dépassé ; avec une très bonne persistance : et de citer plusieurs vaches à 38 kg de lait à plus de 250 jours de lactation ! La moyenne glissante sur 12 mois atteint finalement 11 000 kg après 10 mois de Nutrition Vitalac.

Programme Vache Tarie

Des vaches bien préparées au vêlage

Roselyne et Loïc Baud ont également revu avec Vitalac la conduite de leurs vaches au tarissement (50 jours). La ration des vaches taries est désormais la suivante : un peu de maïs ensilage rationné (6 kg de MS), 1 kg de soja, de la paille à volonté et 200 g de Vitaform, un minéral 5 / 10 / 15 riche en magnésie et dont le bilan anion-cation alimentaire (Baca) est négatif pour inciter la vache à mobiliser ses réserves de calcium + 100 g de Vitabiocell (capteur de mycotoxines). 15 jours avant le vêlage, Loïc distribue de la Gycoline (précurseurs de glucose en granulés) sur la ration des taries et génisses pour leur donner un coup de fouet et favoriser l’appétit.

elevage baud - vitalac

Les fièvres de lait au vêlage et les non-délivrances, récurrentes sur l’élevage, n’étaient pas dues à un manque de calcium, mais de phosphore !
“Les intraveineuses de calcium n’y faisaient rien“, reconnaît Loïc Baud.

+ de lait par vache,
grâce à de meilleurs démarrages

Rechercher