Colostrum

Qualité du colostrum chez la truie : place à l’immunonutrition !

Pour faire face à la demande des consommateurs, les élevages porcins ont dû s’adapter et obtenir des portées toujours plus nombreuses.  Aujourd’hui, on parle de portées surnuméraires, d’hyperprolificité, mais qu’en est-il des risques liés à ces pratiques ? Comment réduire au maximum les pertes sous la mère ? Comment optimiser la survie des porcelets ? Vitalac, spécialiste en nutrition porcine, s’est depuis longtemps penché sur le sujet et vous en dit plus, notamment sur le colostrum.

Le colostrum, une potion magique…

Le colostrum correspond au premier produit secrété par la mamelle dans les heures précédant et suivant la mise-bas. Liquide dense, le colostrum se caractérise par sa richesse en protéines et sa faible teneur en lipides et lactose par rapport au lait. Sa consommation rapide et suffisante après la naissance se révèle essentielle pour la survie des porcelets. Il faut savoir que les trois quart des pertes sous la mère se produisent avant sept jours d’âge. Les principaux facteurs de mortalité sont ainsi le poids de naissance, la vitalité et justement la qualité et la quantité  du colostrum ingéré (Quiniou, 2010).
La consommation de colostrum doit permettre non seulement d’assurer la protection immunitaire mais aussi de couvrir  les réserves énergétiques dont le porcelet est dépourvu à la naissance. Les immunoglobulines (principaux facteurs de l’immunité) représentent 80% des protéines du colostrum mais cette concentration décroit rapidement après la mise-bas (moins 30% au bout de 6 heures et moins 84% au bout de 24 heures (Le Dividich et al., 2004),(KLOBASA et al,1987) d’où la nécessité d’en faire profiter les porcelets le plus rapidement possible.

…aux pouvoirs inégaux

La production de colostrum et sa concentration en immunoglobulines sont très variables d’un élevage à l’autre mais aussi entre les truies d’un même élevage.  Les facteurs de variabilité de la quantité de colostrum produit par la truie sont multiples : productivité, taille de la portée, durée de la gestation, induction de la mise-bas, poids de la truie. Une truie peut ainsi produire 2.7 fois plus de colostrum que sa voisine dans une même bande ! (Devillers et al., 2005)…mais comment expliquer les variations de qualités ? Les études sur les variation de concentration en immunoglobulines dans le colostrum se font rares. Il semblerait pourtant important de bien identifier ces écarts afin de les comprendre.

L’importance de l’alimentation

A l’heure actuelle, il n’existe pas de mesure directe élevage qui permette de prendre rapidement connaissance des teneurs en immunoglobulines du colostrum des truies. C’est pour cela que Vitalac travaille sur l’évaluation du statut immunitaires des truies afin de permettre aujourd’hui d’affirmer que l’alimentation joue une rôle indéniable dans la qualité du colostrum. Affaire à suivre donc et résultats de cette étude à venir prochainement…

Vitalac a ainsi pu vérifier que l’utilisation de son programme Nutritec dans son intégralité (Gestatec, Lactatec et Nutritec), peut influencer la qualité du colostrum. Bien nourrir les mères a donc des effets indéniables sur la réduction des pertes à la naissance.  L’acquisition d’une immunité passive améliorée (transmise par la mère) permet ainsi d’accroître les chances de survies des porcelets après la naissance et au moment du sevrage. De nombreux tests, réalisés et approuvés en élevage, démontrent l’efficacité du programme Nutritec et Vitalac vous donne l’occasion de venir le constater par vous-même.

Rendez-vous au Cap

Le premier Colloque d’Actualité Porcine organisé par Vitalac se tiendra le vendredi 23 mars à l’Institut Locarn de Carnoët. L’occasion d’échanger sur l’hyperprolificité et l’immunonutrition, d’écouter et voir des témoignages d’éleveurs, d’assister à des conférences tenues par des grands noms de la nutrition. Le nombre de place est limité mais il est encore temps de vous y inscrire.
Pour tout savoir sur le Cap c’est ici.